I – Introduction

II – DC Comics

III – Marvel Comics

IV – Editeurs indépendants

MARVEL

Après les déboires des X-men, l’agonie du Daredevil, Marvel relance ces deux titres et fourmille de petits projets hors-continuité. Là où DC profite de bien des titres dans un univers fragmenté, Marvel parvient, non sans difficultés, à consolider le sien dans des dimensions différentes.

Daredevil

Scénario : Chip Zdarsky – Dessins : Marc Checchetto

L’année 2019 sonne le renouveau chez l’éditeur ! Daredevil renaît avec un relaunch mené par Chip Zdarsky. Excellent, il regroupe les qualités des plus grands récits du personnage. A la lecture, vous ressentirez l’influence du Daredevil de Frank Miller, de Brian M. Bendis, sur le plan narratif. C’est sans oublier la partie esthétique, très urbaine, menée par un artiste connaisseur. Il a officié sur Punisher avec Greg Rucka, une patte qui se ressent énormément.

Plus que Daredevil, c’est tout un univers urbain qui vit dans ces pages. Wilson Fisk est à la tête de Hell’s Kitchen. S’ajoute à ça, une accusation qui va remettre en question l’existence de Daredevil. S’il repose sur un concept simple, le titre est un divertissement de très haute qualité.

History of the Marvel Universe

Scénario : Mark Waid – Dessins : Javier Rodriguez

Marvel Comics propose une nouvelle synthèse de l’histoire de son univers avec History of the Marvel Universe. Cet ouvrage est pourtant déroutant. Mark Waid y développe une écriture bien plus encyclopédique. History of the Marvel Universe s’écarte de la gamme moderne visant à visiter les époques passées comme DC Legacies ou The Marvel Project, dans une moindre mesure. Cette série tire son originalité dans sa forme d’encyclopédie graphique.

Semblable à History of the DC Universe de Marv Wolfman et George Perez, Marvel réitère ce succès dans une forme bien plus moderne, mais ne niant rien à l’histoire de cet univers. Très dense, le titre se révèle parfois complexe. Certaines pages étouffent dans le surplus d’informations. Mais Javier Rodriguez parvient à réinstaurer un certain équilibre. L’artiste expérimente une narration graphique référencée très efficace.

Guardians of the Galaxy

Scénario : Donny Cates – Dessins : Geoff Shaw

Il y a bien longtemps que les Gardiens de la Galaxie ne m’avaient pas fait autant vibrer. Donny Cates est le scénariste à tout faire. Et il signe là une série cosmique aussi brève qu’intense renversant les rapports de force comme savaient si bien le faire le duo Abnett et Lanning. Il parvient à mettre en danger sans rechigner une équipe, malmène les membres principaux, et se joue des entités les plus féroces. Et malgré tout, l’absence de suite réelle risque de faire tomber dans l’oubli cette série… et son spin-off !

Silver Surfer Black

Scénario : Donny Cates – Dessins : Trad Moore

Silver Surfer : Black est ce spin-off capable de faire de l’ombre à son titre d’origine. Malheureusement, l’histoire en fait une passerelle, un récit d’enchevêtrement entre tous les titres Marvel scénarisés par Donny Cates. Des connexions folles, nécessaires à la bonne compréhension de la fin de Guardians of the Galaxy, mais également une valeur en lecture seule. Le Silver Surfer découvre une menace, qui n’est pas sans rappeler la découverte de la menace Thanos à l’origine de la saga du Gant de l’Infini. Travis Moore expose un univers cosmique onirique dans une folie qu’on sait s’il faut l’assimiler ou au personnage ou à son auteur aux perspectives déformées. Une incroyable folie dans laquelle j’ai adoré me plonger et dont le seul défaut est toute cette connexion à une intrigue cosmique mettant fin trop rapidement à ces réflexions introspectives d’un personnage passionnant.

Spider-man : Life Story

Scénario : Chip Zdarsky – Dessins : Mark Bagley

Spider-man ou ce héros décliné sous bien des formes. Chip Zdarsky tente de lui donner l’âge qu’il possède, une vie honorable et digne de lui en y intégrant les diverses créations autour du fameux personnage. Miles Morales, May Parker, Spider-Girl, ce elseworld est une lettre d’amour à l’homme-araignée. Chip Zdarsky s’adresse aux nostalgiques et tisse une vaste toile connectant des éléments plus ou moins éloignés de l’univers Spider-man moderne, dans une temporalité où chaque événement canonique a son importance sur la vie du personnage. Où les marques du temps se font sentir.

Si Mark Bagley n’était peut être pas l’artiste idéal pour réaliser ce projet, le nom et le passif de l’artiste avec le personnage appuie la force symbolique du projet. Spider-man : Life Story est une mini-série digne du personnage et remplit son travail de réécriture du personnage pour célébrer la franchise la plus populaire de l’éditeur.

House of X / Powers of X

Scénario : Jonathan Hickman – Dessins : Pepe Laraz / Silva

Renouveau de l’univers mutant, ces deux mini-séries connectées constituent l’introduction au nouveau statut-quo des X-men. C’en est fini de l’institut, il est temps de grandir. Les X-men ne sont plus que des mutants parmi d’autres sur une île elle-même mutante : Krakoa. Fidèle au passé mutant, Jonathan Hickman brasse l’ensemble des genres associés à l’équipe pour révéler et faire évoluer, par la suite, les personnages dans une sorte de thriller politique. Il était temps pour les X-men de se remettre des maltraitances subies.

La publication a un commentaire

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.