L’impact mondial de la Covid-19 sur l’économie reste à déterminer, alors que nous continuons à en mesurer les dégâts. Le monde des comics n’en a pas été épargné. De nombreux comic-shops ont dû fermer définitivement et chaque éditeur a tenté de limiter les dégâts à leur manière. Dernièrement, Valiant Etertainment a annoncé, via Metthew Klein, le responsable Vente & Marketing, que l’entreprise quittait ses bureaux de Manhattan pour un système de télétravail permanent. Sous cette annonce recouverte d’informations rassurantes liées à un télétravail généralisé, peut-être était-il temps de parler de Valiant et de réfléchir à la situation d’un éditeur trop souvent laissé de côté.

Le meilleur était à venir

2020 s’annonçait comme l’année d’un nouveau départ pour Valiant. Relancé en 2012 avec Jeff Lemire et Matt Kindt aux manettes, et par Bliss Comics en France depuis 2014, ce surprenant sursaut d’un éditeur oublié a fini par s’essouffler en 2016.

Racheté en 2017 par DGM Entertainment, une société de production et de distribution cinématographique chinoise, les comics Valiant connaissent depuis une vie bancale avec quelques titres réguliers et de nombreuses mini-séries se succédant, lancées comme des appâts, cherchant inlassablement une licence sur laquelle capitaliser.

Là n’était pas tant le problème, car une relance était bien prévue par l’éditeur avec un retour progressif de ses héros les plus populaires. Robert Meyers, le directeur éditorial, présentait en Novembre 2019 Year of Heroes, un événement annuel chez Valiant censé marquer le retour des grands personnages de cet univers.

Malgré la situation, Valiant se voulait particulièrement optimiste avec le retour de séries telles que The Harbinger, Quantum & Woody ou encore Faith. Mais Year of Heroes ne fera qu’une apparition lors du Free Comic Book Day qui avait été reporté à Juillet 2020.

Bloodshot : la relance planifiée

Avec le rachat par DMG, la société de production a repris les droits à Sony pour mener à terme ce projet de film autour de Bloodshot. Tout portait à croire que Valiant prévoyait de bonnes choses pour retrouver de bonnes bases pour son univers.

Et son rachat rendait les désirs d’adaptation bien plus accessibles, car DMG Entertainement est une société de production cinématographique grandissante et une société de distribution de films en Chine. DMG a déjà participé à la production de films tirés de comics comme RED (2008) et Iron Man 3 (2014). Elle s’est également occupée de la production du film Bloodshot et devait s’occuper de sa distribution.

Malgré un trailer discutable, Bloodshot était un projet concret et existant contrairement aux nombreuses discussions et annulations successives depuis 2014. Porté par Vin Diesel, ce film assurait son succès et sa promotion malgré ses quelques retards. Censé mener l’univers Valiant sur grand écran, ce film avait une importance toute particulière pour la société de production comme pour les éditeurs.

Des ambitions au-delà du cinéma

De plus, en décembre 2019, Dan Mintz, fondateur et PDG de DMG Entertainment partageait son désir de voir revenir ces personnages dans des jeux vidéos. La société annonçait un partenariat avec Blowfish Studios pour la production de jeux vidéos à partir des licences Valiant.

Cette annonce n’a pas manqué de rappeler les succès passés dans le monde du jeu-vidéo de l’éditeurdans les années 90 – notamment avec Turok ou Shadowman. Ces jeux n’avaient été qu’une première vague d’une série annulée par la faillite de la société Acclaim, alors détentrice de la maison d’édition à l’aube des années 2000.

De nouveaux comics pour un nouveau départ

Février était le mois d’un nouveau départ pressenti pour Valiant. Avec la sortie prévue du film Bloodshot, l’éditeur avait relancé son personnage dans une situation plus classique depuis quelques mois où il renoue avec les thèmes de l’amnésie et de la quête d’identité dans l’attente d’un nouveau lectorat. La barque menée par le scénariste Tim Seeley, la série mensuelle s’offre pour l’occasion un #0 afin d’appuyer la présence de Bloodshot sur les étales.

S’ajoute à ça le lancement de Doctor Tomorrow, un personnage mineur de l’univers Valiant disparu depuis 1997, qui nous revient dans un design complètement réinventé aux allures de super-héros japonais des années 60. Une réécriture intéressante qui laisse bien entendre le désir de moderniser nombre de licences détenues par l’éditeur et laisser libre cours aux fantaisies de leurs artistes.

Sans trop de hasard, on retrouve en Février sur les étals des comic-shop les titres phares de l’ère 2012 avec Quantum & Woody, Rai, Bloodshot, et prévu pour Mars, le retour de X-O Manowar par Dennis Hopeless et Emilio Laiso. Seulement, au dernier moment, et sans doute faute d’une épidémie survenue en Chine, DMG repousse le film jusque Mars. Valiant venait de lancer le départ sans savoir que sa course était vaine.

Une situation actuelle inquiétante ?

Malgré ses plans intéressants et un retour attendu, Valiant n’a pas pu s’imposer en 2020, tandis que nombre d’éditeurs sont tombés lors de l’épidémie. Mais plutôt que de tenter de se rattraper et capitaliser le plus possible, Valiant subit de lourdes conséquences et préfère prendre de grands risques en arrêtant ses nouvelles séries à partir de Septembre 2020, son catalogue ne comptant plus que Rai et Bloodshot.

Bloodshot : l’étendu des dégâts

Repoussé en Mars, le film Bloodshot sort en salle peu de temps avant l’arrivée du virus aux Etats-Unis. Il rate d’office son soutien de la part des publications en Février : adaptation du film en roman, numéro #0, TPB, … La production décide de s’adapter et de proposer le film en VOD, deux semaines seulement après sa sortie au cinéma.

Avec un budget de 40 Millions, Bloodshot parvient malgré tout à atteindre les 34 Millions de recettes. Un triste constat qui reste malgré tout à saluer vu le contexte.

Comics portés disparus

Avec l’épidémie, l’éditeur Valiant a demandé à ses artistes de ne plus travailler sur leurs projets jusqu’à Juillet. Si l’éditeur a tenu à ne rien publier durant les mois d’Avril et Mai lors du confinement, il a tenu à mettre un terme à ses publications à partir de Septembre 2020. Les séries régulières (Bloodshot et Rai) sont maintenues, mais plus aucune mini-série n’est lancée. The Final Witness, qui annonçait un petit événement sous forme de polar en quatre parties, est repoussé pour Février 2021.

Cette disparition, à priori prévue des titres Valiant pourrait cependant cacher des projets bien plus ambitieux et concentrés sur l’univers des comics. La relance interrompue, 2020 n’a pas été l’année Valiant comme pouvait le promettre l’éditeur. Annuler 2020, ne serait-il pas un moyen de mieux préparer 2021 ?

Valiant Entertainment : préparer 2021

Alors que l’épidémie commençait à toucher les Etats-Unis, Valiant semblait prévoir son avenir avec un changement de direction éditoriale. Le 11 Mars 2020, Heather Antos et Lysa Hawkins deviennent toutes les deux les directrices éditoriales de Valiant Comics.Elles vont s’occuper ensemble de la gestion de l’univers Valiant et de son organisation.

Alors que nous commencions à mesurer les dégâts causés par l’épidémie sur le secteur du comics en Juin, Matthew Klein, vice-président des ventes et du marketing, a pris la parole au sujet de cette promotion qui n’était à priori pas désirée :

“Depuis le début de la pandémie, nous avons pris toutes les mesures possibles pour éviter de devoir licencier l’un de nos merveilleux employés. Cependant, nous avons dû réajuster nos plans pour 2020 et 2021, ce qui est malheureusement devenu nécessaire à ce moment-là. Nous ferons tout ce qui est en notre pouvoir pour soutenir ces deux personnes”

Source : Bleeding Cool

Témoignant du soutien apporté aux nouvelles directrices éditoriales, ces quelques paroles laissent entendre que rien n’était prévu à proprement parler. La direction de Valiant se trouve voguer en eaux troubles alors que les derniers comics de l’éditeur marquent une pause stupéfiante.

Pour un énième renouveau des comics Valiant ?

Après une publication intégralement stoppée en Avril et Mai, Valiant reprend ses aises dès le mois de Juin. Ses publications sont bouleversées comme tout éditeur, mais il parvient à s’adapter au contexte contrairement à Marvel qui a repris progressivement ses publications pour une régularité retrouvée seulement en Juillet. Et tout comme de nombreux éditeurs, Valiant a refusé d’avantager les lecteurs numériques et demandait à ses artistes d’arrêter de travailler.

Avant le confinement américain, Valiant annonçait pour Juin une nouvelle série : Savage par le scénariste Max Bemis et le dessinateur Nathan Stockman. Approchés en 2019, la série est prête à être lancée juste après l’arrivée de X-O Manowar. Mais la situation post-Covid et la nouvelle direction éditoriale en décide autrement. Repoussé pour une sortie en Août, Savage se verra immédiatement interrompu après la publication de son premier numéro sur décision de l’éditeur.

De même pour X-O Manowar dont le #2 ne sortira qu’en Novembre. Soit, près de 6 mois avec la sortie du précédent.

Valiant : 2021, une année cosmique ?

L’éditeur nous faisait savoir en 2019 qu’il avait dors et déjà prévu de faire revenir The Hardbinger et Ninjak (par Jeff Parker et Javier Pulido) en plus de Savage, mais également Faith pour son Year of Heroes. Ce retour à des personnages qui ont fait la popularité de l’éditeur pourrait annoncer beaucoup de bonnes choses à venir chez cet éditeur qui était jusqu’alors en perte de vitesse. Et tout cela pourrait se concrétiser avec le report de mini-séries impactant l’univers Valiant dans son entièreté. Plus encore, l’annonce de ces titres s’accorde avec la volonté de l’éditeur de créer l’événement.

Mais là n’est pas le cœur du projet. Ce fameux renouveau grâce auquel nous avons retrouvé les héros de l’univers Valiant en 2012 prenait appui sur un élément déjà connu de cet univers : l’équivalent de ses mutants avec les connexions entre Harbinger, Imperium et diverses autres séries et crossovers. Des éléments que nous pouvions retrouver dans les comics des années 90 de l’éditeur et que les scénaristes et éditeurs ont modernisé.

Dans ce Free Comic Book Day de Juillet 2020 apparaît un teaser affichant cette phrase : “The Universe Is Not Absolute“. Une phrase dérivée du sous-titre du crossover Valiant de 1992 : Unity : Time Is Not Absolute.

Certaines rumeurs prétendent qu’il s’agirait du retour de Solar Man et de Magnus, des personnages de l’éditeur Gold Key qu’aurait récupéré (pour la seconde fois) Valiant et que Dark Horse a tenté de moderniser et de relancer en 2010.

Mais c’est dans une incertitude complète que se retrouvent les lecteurs Valiant face à cette décision osée de l’éditeur. Raccroché à l’espoir d’un renouveau pour cet univers au potentiel colossal, il faudra s’armer de patience jusqu’à 2021 pour assister à ce possible sursaut.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.