I – Découvrir les X-men

II – Les Intégrales (I) : 1963 – 1975

III – Les Intégrales (II) : 1975 – 1999

IV – Les années 2000

V – L’Ère du Messie

VI – Marvel Now, Reboot ?

VII – Récits Recommandés


VI – MARVEL NOW : REBOOT ?

AVENGERS VS X-MEN / AVX : CONSEQUENCES (2011)

Les X-men ne cessent d’annoncer un futur retournement de situation. Avec l’arrivée de Hope dans leurs rangs, et une scission créée, Avengers VS X-men (AvX) va présenter la guerre entre deux équipes. Comme l’annonce le titre, l’événement n’est pas doté d’une réflexion profonde. Alors on préférera les tie-in de New Avengers, où le récit se concentre sur l’entraînement et les réflexions de Hope.

Dirigée par un collectif de scénaristes (Ed BrubakerMatt FractionBrian M. Bendis, et d’autres) la série principale AvX peine à trouver son point de départ à chaque changement de scénariste. De ce fait, ils brisent la fluidité d’une lecture en recueil. L’éditeur opte pour la même stratégie du côté des dessinateurs. On passera tantôt par le style de John Romita Jr., puis de Olivier Coipel, appuyant cette rupture d’un numéro à l’autre. Qui plus est, ses tie-in sont d’une certaine importance, autant pour le titre New Avengers que pour Secret Avengers. Alors que les titres X-men Legacy ou Uncanny X-men sont complètement anecdotiques. On ne parlera même avec des AvX : Versus… Il s’agit pourtant d’un événement ayant de grandes répercutions sur l’univers mutant.

En somme, plutôt que de lire Avengers VS X-men, je vous invite à lire AvX : Consequences. Cette mini-série fait suite à l’événement, et contient un rappel bref et efficace de sa conséquence principale et de ses éléments les plus intéressants. Pour ne pas dire la seule. Parfaite introduction, il présente la nouvelle situation mutante à travers des scènes bien pensées et des échanges forts. Seul bémol en VF : Panini Comics a voulu compléter le titre des affrontements VS – évoqué précédemment – particulièrement dispensables, afin de justifier le format Deluxe.

ET ENSUITE ? UNCANNY X-MEN (2012)

Uncanny X-men est relancé par le duo Brian M. Bendis et Chris Bachalo. Le titre a pour but de suivre l’équipe dirigée par Cyclops et les effets du symbole qu’il représente désormais aux yeux du monde. On y suit un groupe mutant considéré comme terroriste, à la fois chassé et en chasse. Brian M. Bendis passionne dès les premières numéros. Il y dispose ses pions, et créé une tension forte. Chris Bachalo se surpasse. Mais comme toujours, il va être de plus en plus remplacé, malgré sa persistance à vouloir rester en tant qu’artiste principal. Le titre s’essouffle malheureusement tout aussi vite. 

Brian M. Bendis répète son schéma et traîne son intrigue sur une bonne dizaine de numéros. Après quoi, le coup d’éclat va se répercuter lentement – au risque de perdre son sujet. Malgré son passage à vide, le titre donne une approche inédite des X-men. Il joue avec justesse sur l’image de Cyclops et son caractère torturé, en contraste total avec sa version d’origine. Le tout à travers un exercice de style graphique souvent impressionnant. Parfois décevant.

ALL-NEW X-MEN (2012)

Conçu comme le point d’entrée par excellence, All-New X-men suit pourtant le fil des événements. Le lecteur est jeté dans une situation déjà définie avec AvX, au cœur des tensions entre mutants. Brian M. Bendis, à la tête de ce titre devenu titre principal, use d’un concept à la fois osé et problématique. Cyclops devenu terroriste pro-mutant, le Fauve va ramener les X-men d’origine (1963) dans le présent pour rappeler à Cyclops qui il était. Le confronter à lui-même. L’arrivée de ces X-men du passé va faire l’objet de multiples perturbations.

Mais Brian M. Bendis va passer outre les règles de paradoxes temporels, et se focaliser sur l’équipe et son rapport au futur. De plus, ces nouveaux X-men permettent d’apercevoir les instants marquants de l’histoire des X-men. Illustré par Steve McNiven et David MarquezAll-New X-men s’accapare un style frais : à la fois élaboré et grand public. Le style graphique s’accorde à la volonté de l’éditeur : accessible à tous. Même si la série s’essouffle avec le temps, elle permet un aperçu général de l’univers mutant. Et au delà. Mais pour quel renouveau ?

ET ENSUITE ? EXTRAORDINARY X-MEN (2015)

Après All-New X-men, la logique voudrait qu’on poursuive avec la seconde série All-New X-men de Dennis Hopeless. Seulement, cette seconde série est bien moins réussie. Malgré ses idées intéressantes, la construction d’une équipe de jeunes tentant d’échapper à leur destiné ne suffit pas. Ces jeunes X-men tombent rapidement dans les clichés de l’équipe d’adolescents. Les personnages manquent de profondeur. Pour cela, Extraordinary X-men permet d’avoir un autre regard sur des X-men oubliés des titres principaux.

Signé Jeff Lemire et Humberto Ramos, le titre n’est pas excellent. Mais il a le mérite de présenter une équipe de X-men et tente de renouer avec le principe d’origine des X-men menés par Tornade. La série s’adresse autant aux lecteurs de Uncanny X-men comme ceux de All-New X-men. Elle tient surtout la casquette de titre destiné aux insatisfaits de l’état actuel des X-men.

Pour plus d’explications, je vous invite à consulter cet article.

ET ENSUITE ? DEATH OF X / INHUMANS VS X-MEN (2016/2017)

Bien loin d’être des mini-séries événements recommandables, ces trois événements constituent un passage à éclairer. Pourtant scénarisés par Jeff Lemire (Death of XIvX), les conflits entre ce dernier et l’éditeur se font ressentir à la lecture. Toujours est-il que ce conflit entre les mutants et les Inhumains reste une idée qui aurait pu être bonne. Si seulement elle avait été bien mieux exploitée. Il faut dire que l’éditeur est doué pour les guerres à motif unique : Avengers VS X-men, Inhumans VS X-men, ou encore Civil War II.

Il en va de même pour Death of X, qui fait office d’introduction à cette guerre, et tient une place pourtant importante. L’événement fait office de conclusion au titre Uncanny X-men. Loin d’être de bons titres, Death of X et Inhumans VS X-men tente de définir l’avenir des deux Cyclops. Après quoi les fans les plus hardis peuvent poursuivre l’aventure avec le titre X-men : Blue.

X-MEN RED (2017)

Jean Grey est revenue d’entre les morts suite à Phoenix Resurrection. Événement que je ne peux vous recommander, puisqu’il ne cherche qu’à ramener à la vie un personnage ne demandant qu’à mourir. Toujours est-il que X-men : Red constitue un titre X-men loin d’être désagréable. D’autant plus qu’il joue des thématiques mutantes d’origine : relations diplomatiques auprès des atlantes, missions pour la paix, mise en avant du pacifisme, etc. 

Tom Taylor maîtrise bien moins l’équipe que son personnage précédent (X-23/All-New Wolverine). Et il ne révolutionne en rien l’univers mutant. Mais on peut lui octroyer le mérite de parvenir à se mettre en marge des décisions éditoriales calamiteuses. Ce qu’aucun scénariste n’a su faire avant Johnathan Hickman.

House of X / Powers of X (2019)

L’arrivée de Johnathan Hickman. Le voilà le fameux retour des X-men ! Ces deux mini-séries servent d’introduction aux titres X-men et New Mutants, et les titres secondaires plus ou moins liés (Wolverine, X-Force, Excalibur, Fallen Angels, …). Censé être un point d’entrée obligé pour quiconque souhaite suivre (et comprendre) les X-men de Hickman, la lecture de ces deux titres ne sera facile pour personne. Teaser entre passé, présent et futur, ces deux mini-séries vous laissent reconstituer un puzzle dont il vous manque de nombreuses pièces clés. Un système d’écriture volontairement complexe et propre à Hickman.

Le titre demande un effort du lecteur afin de s’adapter à cette réinvention totale de l’univers mutant. Le renouveau promis est un renouveau osé : la réalisation du rêve de Xavier. Plongés en pleine utopie, les mutants sont-ils véritablement en sécurité ? Si les X-men ont connu une longue traversée du désert, Johnathan Hickman vient d’y mettre fin.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.